Olleta : poésie, couture et upcycling

Il était une fois, une jeune femme passionnée de couture qui créait des vêtements avec des tissus chinés. Un jour, elle découvrit que ce qu’elle faisait avait un nom, l’upcycling. De la pratique environnementale au projet green business, il n’y avait qu’un pas. Elle l’appela Olleta.

Des créations en tissu revalorisés

Victoria Naud, 25 ans, a choisi le nom de jeune fille de son arrière-grand-mère maternelle, couturière de métier, pour baptiser sa société. La créatrice d’Olleta s’est tourné vers un projet d’upcycling respectueux de ses valeurs environnementales pour faire d’une passion son activité à plein temps. Son sens esthétique aiguisé allié à son talent ont donné naissance à une collection de vêtements d’intérieur pleine de promesses.


Qui es-tu ?

Je suis Victoria, fondatrice d’Olleta : je crée et commercialise des vêtements à partir de matériaux revalorisés. Je travaille depuis chez moi, à Paris, où j’ai mon atelier. J’ai fait des études en audiovisuel (en montage post production) puis j’ai fait de nombreux voyages à l’étranger. J’ai toujours fait de la couture. Après mes voyages, j’ai voulu monter un projet en rapport avec mes valeurs. Je passais du temps dans les friperies pour trouver des tissus, en particulier du linge de maison, des draps… pour coudre des vêtements. Je me suis rendu compte que ce que je faisais avait un nom : l’upcycling. C’est à dire la revalorisation des matériaux usagés, avec la plus-value de la création.

Photo Fanny Retailleau

En quoi consiste Olleta ?

Olleta est le nom de jeune fille de mon arrière-grand-mère. Je voulais, à travers la revalorisation de textiles, créer des vêtements d’intérieur, des pyjamas dans lesquels on puisse se détendre et lâcher prise. J’ai créé toutes sortes de vêtements : robes, chemises, pantalons, manteaux…. mais j’ai choisi de faire des pyjamas pour l’attachement qu’on lui porte.

C’est un vêtement où l’on se sent vraiment libre, où on va changer de temps, on va ralentir. Il marque vraiment une coupure entre le temps du quotidien au travail ou à l’extérieur et le temps où l’on est chez soi, où l’on va pouvoir se recentrer. C’est être juste libre de ne rien faire. Je trouve que mettre de la valeur sur ces temps-là, c’est essentiel. Je voulais remettre à sa juste place le pyjama : pour moi c’est une démarche importante à l’heure actuelle où le temps n’arrête pas de s’accélérer. C’est important d’être bien chez soi, bien dans sa peau, bien dans son pyjama.

Je n’ai pas de cible privilégiée, je m’adresse à toutes les femmes. Je trouve mes matériaux dans les textileries, les recycleries, Emmaüs, le Secours Populaire, les Apprentis d’Auteuil… les associations qui font de l’économie circulaire.


Où en es-tu aujourd’hui ? Quels sont tes projets ?

Je viens de lancer ma boutique Etsy. Actuellement, je viens de finaliser l’identité de ma marque. Mon site officiel sera lancé fin janvier 2021. Il permettra de d’acheter un pyjama sur commande à la taille souhaitée. Comme je réalise les pièces à la demande, il y aura des délais, mais il n’y aura pas de surplus. L’acheteur sera également libre de choisir son modèle en me contactant. Mon site sera un e-shop avec une section blog pour aborder des thématiques qui m’intéressent liées à l’upcycling, la transmission… et réaliser régulièrement des vidéos. À l’avenir, j’aimerais également faire une gamme pour homme. Et pourquoi pas des collaborations avec d’autres créateurs qui partagent les mêmes valeurs.

Le site Olleta est en ligne ! Découvrez-le

Suivez Oletta !

Si vous aussi, vous avez une activité Green Business, vous pouvez me contacter pour votre communication en ligne.

4 thoughts on “Olleta : poésie, couture et upcycling

  1. Merci pour cet article intéressant qui fait la part belle à une artisane attachante par ses valeurs et son parcours authentique.

Leave a Reply

Your email address will not be published.Required fields are marked *